Réservez vos places

MENU : Temporada - Artistes / Artisans - Boutique - Services
 
Actualité
 
 
 
Temporada : Féria de Dax - Gines Marin coupe 2 oreilles pour corrida de clôture. Le matin Andy Cartagena et Léa Vicens triomphent... (Reportages Vidéo)
(15/08/2017)
Dax, dernière corrida de la Féria 2017
6 toros d’El Ventorillo pas très beaux et pas très bons pour
David Galvan : salut au tiers, silence
Ginès Marin : une oreille, une oreille
Joaquin Galdos :un avis et silence, sifflets
4 piques et 8 picotazos, cavalerie Bonijol
Président : Franck Lanati
Nuages Plein
Thierry Reboul

Le reportage vidéo de Alain Garres







Dax - matinale : Andy Cartagena et Léa Vicens triomphent...

Dax, corrida de rejon de la Féria 2017
6 toros de Sanpedro, bien présentés avec des comportements divers pour :

Andy Cartagena : salut, deux oreilles et la queue
Leonardo Hernandez : salut au tiers, salut au tiers
Léa Vicens : une oreille, une oreille

Quasi plein

Le reportage vidéo de Alain Garres




La dernière matinée des fêtes dacquoises est consacrée au rejon. Les arènes sont pleines d’un public différent des autres journées. Plus festif, il est là pour voir des chevaux et du spectacle. Andy Cartagena l’a bien compris avec une tauromachie plus spectaculaire que sincère mais qui porte sur les étagères. Leonardo Hernandez a été l’auteur des meilleurs poses de la matinée mais il a du recourir par deux fois au descabello. Léa Vicens est la chouchou des spectateurs dacquois (et français en général). Après une bonne prestation face à un toro qui a servi, elle a du s’employer face à son second tardo et querencioso.
Ce qui est rare en corrida de rejon, les trois toreros ont pinché à plusieurs reprises à la mort.
Côté bétail, les toros de Sampedro (encaste Domecq), bien présentés, ont eu des comportements très variés. Point commun, ils ont marqué une attirance, plus ou moins prononcée, pour le terrain des planches.
Est-ce par galanterie, ou parce qu’en corrida à cheval les us et coutumes ont peu d’importance, Léa Vicens, qui n’a coupé que deux trophées est sortie par la grande porte accompagnant Andy Cartagena qui lui avait bien coupé les trois trophées règlementaires.

Le premier toro, plutôt léger, réserve sa charge jusqu’à la pose d’un premier rejon de castigo (très, très bas). Il commence alors à poursuivre le cavalier qui pose un second rejon au raset. Cartagena a du mal à canaliser la charge du Sampedro aux banderilles et subit de nombreuses touches. Il a une grande capacité à communiquer avec le public avec beaucoup de figures équestres jolies à voir mais exécuter loin du toro. Il ira quand même à mas, et les deux dernières banderilles sont posées, à l’étrier, en rentrant dans le terrain du toro. Le toro va à menos et les courtes et une paire à deux mains sont posées à un toro quasi parado. Andy pinche quatre fois avant de tuer d’un rejon en arrière. Il salue au tiers.

Le second léger vient immédiatement fort sur le cheval. Hernandez pose trois rejones de castigo. Le second mal posé et qui ne se casse pas, accentuera la faiblesse naturelle du toro. Le cavalier est très précis, efficace et sincère dans sa pose des banderilles mais il reste froid et communique moins bien avec le public que son prédécesseur. Il pose chaque palo à l’étrier avec peu de gestes inutiles. Il sait toréer en déplaçant le bicho, utilisant son cheval comme une muleta. Après un bon final avec trois courtes et la rose, il pinche une première fois, place un rejon de muerte contraire et doit s’y reprendre à quatre fois pour descabeller. Il salue lui aussi au tiers.

Le troisième est mieux présenté que les deux premiers. Il court le long des planches et est difficile à fixer. Il cherchera en permanence l’appui des planches. Léa Vicens l’économise en ne posant qu’un seul rejon de castigo. Elle réalise une bonne faena avec, en particulier, deux bons cuarteos à l’étrier. Elle déplace son toro avec beaucoup d’assurance et même du temple. Le toro va à menos et se réfugie dans les planches où la cavalière doit le provoquer pour poser deux roses. Elle pinche deux fois avant de tuer d’’un rejon très en arrière et rapide d’effet. Elle coupe quand même une oreille.

Le quatrième est bien présenté. Fuyard, il tente une escapade dans le callejon. Il est faible, pour le préserver Cartagena ne lui place qu’un seul rejon de castigo. Le toro a une charge lente ce qui permet au cavalier de réaliser de spectaculaires changements de pieds au ras des cornes. Le toro est tardo. Pour dynamiser la faena, Andy multiplie entre chaque pose, les effets « équestres » dont des cabrés et cites par levade qui portent bien plus sur le public que sur le Sampedro. Des banderilles posées, ce sont les courtes « al violin » qui sont à retenir. Le reste est plus spectaculaire que sincère. Après un pinchazo, Cartagena tue d’un rejon en arrière dont l’effet spectaculaire et surtout rapide porte sur le public. Deux oreilles et le rabo sont accordés par une présidence dacquoise, une fois de plus très généreuse.

Leonardo Hernandez touche en cinquième position, un toro lourd, gazapon. Il l’économise en ne posant un seul rejon de castigo. Il réalise une très bonne faena. Posant le seul quiebro de la matinée et de bonnes banderilles à l’étrier. Final spectaculaire avec des poses de courtes spectaculaires et d’une très belle paire à deux mains, Hernandez pinche un premier rejon avant d’en mettre un en place long à faire effet et nécessitant l’usage du descabello, salut au tiers.

Le dernier toro très bien présenté, est abanto et fuyard. Il est tardo et prend querencia près des planches et surtout peu collaborateur. Après un rejon de castigo bas, Léa Vicens doit d’employer pour poser cinq banderilles et deux roses à un animal qu’il fallait tenir éloigner des barrières. Après une mete y saca, elle tue d’un rejon contraire rapide d’effet et coupe une oreille.
Thierry Reboul


TOUTES NOS VIDEOS







Corrida.tv a besoin de votre soutien !









Partager
















 
 
 
 
  Pour tout savoir et mieux comprendre ....cliquez pour plus d'infos ou commander
Plan du site - Qui sommes-nous ? - Mentions légales - Contact