Réservez vos places

MENU : Temporada - Artistes / Artisans - Boutique - Services
 
Actualité
 
 
 
Temporada : Puerto de Acapulco (Mexique) – Disparition du matador de toros Antonio Lomelín
(08/03/2004)
Le matador de toros mexicain Antonio Lomelín a été rerouvé mort ce lundi à son domicile de la Colonia de los Pinos, à Puerto de Acapulco (Guerrero), sa ville natale. Selon l’agence de presse mexicaine Fiesta Brava, Antonio Lomelín se serait donné la mort en se tirant une balle de revolver dans la tête. Cette annonce a immédiatement été démentie par la famille du défunt et Rafael Romero, dernier apoderado du torero, qui ont justifié le décès du fait d’un infarctus, également reconnu par les médecins légistes et le docteur Hernán Cristerna, médecin du matador. Lomelín, qui était âgé de 58 ans, souffrait selon ses proches d’une maladie coronaire.

Marco Antonio Lomelín Migoni était né le 26 décembre 1945 à Puerto de Acapulco (Guerrero). Après avoir débuté comme novillero dans la capitale mexicaine le 11 février 1965, il fut sacré matador de toros le 20 novembre 1967 dans les arènes d’Irapuato, des mains de Manuel Capetillo sr et en présence de Joselito Huerta face au toro « Tupinamba », de Rancho Seco. Il confirma son alternative le 18 février 1968 à Mexico, avec Joselito Huerta et Jesús Solorzano, avant de le faire une nouvelle fois, le 28 mai 1970, à Madrid, avec Andrés Vázquez comme parrain, Tinín et David Ribeiro Telles officiant au poste de témoins. Le toro de la confirmation à Las Ventas s’appelait « Montillano », de l’élevage d’Alonso Moreno de la Cova et Lomelín coupa ce jour-là un total de trois oreilles.

Torero de valeur, doté d’un courage extrême, Antonio remporta de grands triomphes mais reçut également un nombre impressionnant de coups de corne, devenant l’un des matadors de toros les plus châtiés de l’histoire taurine du Mexique. Il remporta un grand triomphe à Madrid le 22 mai 1971 après avoir coupé deux oreilles face aux toros de Mimihuapán, lors de la première corrida célébrée en Espagne avec un élevage mexicain. Ses compagnons de cartel étaient José Luis Parada et Victoriano Valencia. Après un premier retrait du toreo, le 18 février 1996 à Mexico – face au toro « Segador », de Rancho Seco, auquel il coupa les deux oreilles –, Lomelín a effectué une réapparition fugace en piste, le 20 mai 2001 à Acapulco (avec Eloy Cavazos et Gerardo Trueba, face au toro « Costeño », de De Santiago, auquel il coupa deux oreilles), avant de se consacrer à la photographie taurine. Il prit part à son dernier paseo le 2 janvier 2002 dans les arènes mexicaines de Progreso (Hidalgo).

Cette terrible nouvelle a une nouvelle fois endeuillé l’afición mexicaine peu de temps après la disparition de la mère de la figura locale Eloy Cavazos, et quatre mois après le suicide de David Silveti, qui s’était tiré une balle dans la tête.

Antonio Lomelín a connu de grands moments au début des années 70, se jouant la vie à chaque après-midi. Sa disparition a profondément endeuillé l'afición mexicaine et espagnole - photo archives Gary Sloan pour la liste Mundo Taurino



photo
 
 
 
 
  Offrez vous le DVD Une jounée avec l'élevage Yonnet !
Plan du site - Qui sommes-nous ? - Mentions légales - Contact